From 1 - 6 / 6
  • Lors de l’élaboration du plan d’adaptation au changement climatique (2016-2018), la vulnérabilité au changement climatique a été évaluée sur le bassin Adour-Garonne selon 5 indicateurs principaux qui sont autant d’enjeux majeurs pour la gestion de l’eau : - la disponibilité en eau superficielle - la disponibilité en eau souterraine - le risque de sécheresse du sol - le risque de dégradation de la qualité des eaux - la fragilisation des milieux aquatiques et de la biodiversité Pour chaque enjeu, l’évaluation de la vulnérabilité passe par : - la sélection des variables hydroclimatiques du futur comme la variation de température ; - la définition des caractéristiques actuelles des territoires qui les rendent plus ou moins fragiles quant à leur exposition aux impacts du changement climatique. Au final, après traitement de 14 projections hydroclimatiques, deux classes de vulnérabilité ont été retenues. - les secteurs à vulnérabilité modérée nécessitant des mesures d’adaptation génériques, flexibles et réversibles - les secteurs plus vulnérables nécessitant des actions d’adaptation fortes et structurantes

  • Ouvrage de rejet des eaux d'une station d'épuration vers le milieu naturel.

  • Etablissement privé ou public à l'origine de pollutions ou de prélèvements d'eau liés à une activité économique non agricole.

  • Installation de dépollution des eaux d'origine industrielles.

  • Ouvrage de rejet des eaux d'un établissement industriel vers le milieu naturel.

  • La couche "Stations de mesure de la qualité des eaux de surface" localise l'ensemble des stations appartenant à des réseaux de mesure de la qualité des eaux de surface : réseaux nationaux (ie. RNB, RCB, Réseau Hydrobiologique et Piscicole, Réseau de baignade eau douce), mais aussi réseaux départementaux et locaux.